Quand le budget national ne satisfait pas les attentes de la population, la pauvreté et la faim sont utilisées comme arme et de mode gestion du pays !



Le lundi 13 octobre dernier, le palais du  peuple siège de la chambre haute et basse du parlement en RDC était en émoi ! La raison était simple. Le premier ministre présentait et défendait le budget 2015, lors de la session parlementaire consacrée au budget. Ce budget qui traduit de manière chiffrée, les préoccupations des millions de congolais vise un objectif économique de 8,5 % de croissance et une croissance à deux chiffres pour l’année 2015 (10,7 %). Hélas, à la taille des attentes, c’est la taille des déceptions pour le congolais moyen, qui vit avec moins 1,25 dollars par jour, pour celui qui est actif, mais pour des millions des congolais sans emploi ni une activité génératrice des revenus, la pauvreté et la faim constituent le lot de malheurs, comme si leur destin était de vivre l’extrême pauvreté et la faim ! Pourtant, les Nations Unies en font depuis 1990 une des priorités dans l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD 1): « Eliminer l’extrême pauvreté et la faim » CIBLE 1.A - Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population dont le revenu est inférieur à un dollar par jour  et  CIBLE 1.C - Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population qui souffre de la faim. Les Nations Unies pèsent bien le mot « pauvreté » et « la faim ». C’est difficile pour un jeune homme vivant des pays riches et développés de comprendre cet objectif ! Le budget proposé en RDC se chiffre à 9,09 milliards de dollars pour l’exercice 2015 et rend sceptique la population sur l’amélioration des conditions de vie des congolais moyens, qui vivent avec presque avec ou rien du tout. Dans un pays où la pauvreté atteint 89 % dans certaines provinces et 71% comme moyenne nationale, 9 Milliards font toujours stagner la population dans l’extrême pauvreté et la faim. Quand vous approchez les membres du gouvernement, le même refrain reviens toujours «  le pays n’a pas l’argent ». Pourtant, les membres du gouvernement et ceux qui sont dans leur entourage vivent dans l’opulence mais, pour la population, il n’y a pas l’argent. Cela me pousse à comprendre que OMD1 ne sera jamais atteint en 2015, la simple raison : « la pauvreté et la faim sont utilisés comme arme et de mode gestion du pays ». Si vous payer bien les gens et vous leur donner à manger, ils vont plus s’occuper de la politique. La stratégie, c’est de les priver de leur droit fondamental, le revenu décent et l’alimentation ; car le ventre affamé n’a point d’oreilles dit-on. On le sait très bien, la majorité de la population congolaise est pauvre et cette pauvreté se présente sous plusieurs facettes à savoir : faible revenu, insatisfaction des besoins alimentaires, incapacité d’accéder aux soins de santé et à la scolarisation, incapacité de se loger décemment. Mais le budget national dont on espérait que le Congo pouvait s’engager dans la réduction de la pauvreté est de loin de rencontrer les attentes de la population. Donc, en 2015, 95 % de la population congolaise seront sans emploi et 70 % seront encore pauvres. Je ne vois pas les efforts ni des nettes améliorations que ce budget de 9 milliards peuvent apporter si ce n’est que des mots tels «  stabilité macro-économique, maitrise et baisse de  l’inflation, la révolution de modernité des infrastructures de base, comme si le Congo avait déjà atteint la modernité ?, .. » hélas, le congolais moyen reste et restera encore très sceptique tant que la pauvreté et la faim sont utilisés comme arme et de mode gestion du pays… Même l’économiste le moins informé le sait très bien qu’une économie à deux chiffres doit se traduire dans la vie sociale. Ce n’est pas pour la RDC.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Aimé Kazika a partagé la publication de Debriefing Média Channel.