Pour dire aux jeunes que le divorce est évitable.


Nous vivons aujourd’hui, très chers amis lecteurs, dans un monde appelé « l’argent d’abord », et les gens ont cru que le mariage peut aussi fonctionner avec le même principe. C’est pourquoi des jeunes filles aussi bien que garçons consacrent tout leur temps à la bataille pour de l’argent et consacrent très peu de temps à la préparation du mariage, croyant que seul l’argent constitue l’atout majeur pour préparer, contracter et réussir un mariage. Ils oublient que l’une des causes majeures du divorce est qu’actuellement les jeunes veulent comprendre qu’est-ce que le mariage après s’y être plongés pour que si tout va bien, ils y demeurent, et si rien ne va, en sortir pour reprendre leur liberté. Ils ne savent pas que le mariage est source de joie si on l’a compris avant de s’y engager, et source de malheur lorsqu’on l’a compris après s’y être engagé, car on se rend compte qu’on a fait des engagements dont on ignorait le contenu, qu’on a commis une erreur qu’on ne peut plus continuer à assumer et qu’il est déjà trop tard pour la réparer.
En effet, vivre avec autrui c’est ce qu’il y a de plus difficile, d’autant plus que dans la société, chaque homme a son éducation, son idéologie, sa nature, mais aussi sa conception du bonheur et de la liberté ; chaque homme a ses propres principes de vie ; par conséquent, avec toutes ces différences, il est difficile de cohabiter, d’où une sérieuse préparation pour amener toutes ces différences à converger. Et Pour que ces différences arrivent à converger, chacun de deux partenaires est obligé de renoncer à certains privilèges dont il aimerait jouir, car sans un certain renoncement, la cohabitation entre deux partenaires avec toutes ces différences sera fragile.
Malheureusement, nous sommes aujourd’hui entrés dans un monde où l’homme est en train d’essayer de se libérer du poids de l’autre ; où la jouissance à outrance de la liberté à dérobé à l’homme la vertu du sacrifice. Quel est donc ce mariage qui peut prétendre réussir en excluant le sacrifice ? Nous ne devons pas ignorer que les sacrifices sont les effets par excellence de l’amour. Nous sommes également entrés dans un monde où l’égoïsme ne cesse de conquérir, dans les cœurs des hommes, la place qu’occupe l’amour, et cela étant, nous sommes devenus des spectateurs des scènes où certains partenaires abusent les uns des autres parce que chacun d’entre eux croit que lui seul dispose des droits et libertés mais son partenaire n’en dispose pas, que lui seul a une chair qui peut ressentir de la douleur mais que son partenaire n’en a pas, que lui seul a un cœur qui peut être blessé mais son partenaire n’en a pas.
Ce terrible égoïsme qui est en train de connaitre une entrée triomphale dans notre société moderne nous offre aujourd’hui un foyer où chacun de deux partenaires croit que sa vie vaut plus que celle de son partenaire, où chacun de deux partenaires croit qu’il a droit à l’infidélité mais que l’autre n’en a pas, et où chacun de deux partenaires croit qu’il doit toujours être servi mais lui ne doit jamais servir. Cette façon de vivre éloigne certains hommes et femmes de la vérité selon laquelle l’homme a été fait pour vivre, la femme a également été faite pour vivre; le mariage ne doit, en aucun cas, être un obstacle à ce noble désir humain, il doit au contraire le promouvoir.
Décider de se marier, c’est décider héroïquement de renoncer pour toujours à toutes les habitudes pouvant rendre la cohabitation avec son partenaire conflictuelle et de continuer sans cesse à se rappeler de cette vertu biblique selon laquelle tu ne dois pas traiter ton semblable de la façon dont toi-même n’aimerais pas être traité.
La fidélité épanouit le couple; l’humilité, le sacrifice et la persévérance prolongent la durée de vie du couple mais l’excès de persévérance et de sacrifice transforme le foyer en enfer, c’est pourquoi chacun de deux partenaires doit se corriger pour permettre à l’autre de moins persévérer et de moins se sacrifier. Le dialogue lui fortifie et répare l’amour.
La société moderne n’accorde plus assez de crédibilité aux valeurs citées ci-haut et offre aux couples et aux jeunes le divorce comme une solution moderne à de nombreuses crises que la famille connait aujourd’hui.
En France, un mariage sur trois divorce, et dans de grandes villes comme Paris, un mariage sur deux divorce.
Vous savez bien, très chers amis lecteurs, que la famille est l’institution primaire la plus importante de la société d’autant plus qu’elle constitue la pépinière des futurs fonctionnaires destinés à œuvrer au sein des futures institutions à la fois primaires et secondaires qu’ils auront à créer. Le père et la mère en sont les fonctionnaires clés ; ils travaillent en complémentarité pour rendre un service de qualité à leurs enfants qui sont les bénéficiaires des services de l’institution. Divorcer c’est disloquer cette institution. Et quand il y a dislocation, un des fonctionnaires clés est obligé de quitter l’institution, ce qui rend absent l’un des fonctionnaires clés de l’institution. Or vous savez que toute absence d’un des fonctionnaires clés d’une institution entraine une perturbation au sein de l’institution, et cette perturbation affecte, à son tour, négativement la qualité du service qu’offre l’institution. Ce qui rend la qualité du service imparfaite. Par conséquent, comme la qualité du service devient imparfaite, elle provoque une insatisfaction du côté des bénéficiaires qui sont les enfants. Cette insatisfaction peut soit provoquer des dépressions ou soit une certaine agressivité chez les bénéficiaires. Ces troubles psychologiques peuvent aussi à leur tour perturber la vie des bénéficiaires dans leur monde des adolescents tout comme dans leur monde des adultes.
Vous comprenez donc, très chers amis lecteurs, que tout divorce disloque la famille car il cause le départ d’un des parents. Et l’absence de ce parent entraine une perturbation du fonctionnement normal de la famille. Cette perturbation affecte négativement la qualité des services que les parents sont obligés de rendre aux enfants. C’est ce qui va rendre la qualité de ces services imparfaite. Une fois que la qualité des services est devenue imparfaite, elle n’arrive plus à satisfaire les attentes des enfants. Et cette insatisfaction des attentes des enfants occasionnée par l’imperfection de la qualité des services que la famille monoparentale offre à l’enfant peut causer chez celui-ci dans certains cas soit une frustration, soit une dépression, ou une certaine agressivité. Et ces troubles psychologiques peuvent affecter négativement la vie sociale des enfants, et pourtant c’est sur eux que compte la société.
Vous comprenez donc, très chers amis lecteurs, que le divorce peut engendrer des conséquences capables de porter atteinte au bien-être de la famille et de la société toute entière. Pour l’éviter, les parents doivent se munir du dialogue, car ce dernier sait sauver l’amour. Ils doivent également savoir que leur union constitue l’un de plus beaux cadeaux qu’eux, entant que parents, peuvent offrir à leurs enfants, parce que l’union des parents donne aux enfants le gout de vivre et leur offre ensuite, un environnement propice pour leur développement moral, physique et même intellectuel.
Nous déplorons, à cet effet, le fait pour certains parents de cesser de prendre soin de leur mariage, croyant que comme ils ont assez d’argent, ils peuvent divorcer et cela ne causera aucun ennui aux enfants. Ils doivent cependant savoir que l’argent ne compense jamais l’absence d’un parent. Les enfants ont tellement besoin de leurs deux parents car la présence de ces derniers les comble. Les parents doivent également savoir que l’argent permet donc à l’enfant de charnellement croitre, mais pour humainement croitre, il a besoin de ses deux parents: êtres irremplaçables sur cette terre et leur rôle dans la vie de l’enfant est aussi irremplaçable. 

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Aimé Kazika a partagé la publication de Debriefing Média Channel.