A la poursuite du bonheur !



Un film palpitant d’un cinéaste qui reste pour moi l’un des meilleurs Oscars pour notre génération, Will Smith. Mon frère m’a confié un jour, il n’aime pas suivre ce film qui fait pleurer car,  ça fait penser à la situation de beaucoup de jeunes de notre génération. Sans un travail rémunérateur, sans emploi quelconque, Will Smith est un père de famille dont l’essentiel pour nourrir sa famille est de vendre ses scanners où la vente d’une machine permettait d’assurer la subsistance de la famille et la paie de loyer. Pas moyen de faire des économies. Mais les difficultés avaient atteint un niveau où même sa femme n’a pas pu supporter, et était obligée de quitter le foyer. L’autre conséquence, le niveau d’étude ne permettait pas à Will Smith de trouver un emploi payant.  Il n’a pas eu la chance d’aller au-delà de bac. L’autre difficulté qu’il a connu c’est qu’il a été chassé de sa maison puisqu’il ne payait plus ses loyers, il était obligé de chercher des foyers sociaux et là aussi, l’accès était limité par le nombre des personnes. Un jour, il a passé la nuit dans une toilette faute de mieux, et voyant son enfant dormir dans une toilette, Will Smith pleura abondamment. Douleur pour un parent d’atteindre ce niveau, où il ne peut rien faire comme le nécessaire, et voir ses enfants manquer l’essentiel qu’est le logement et le manger. Cela n’est pas le cas des nombreux foyers qui se retrouvent dans les mêmes situations, sans emploi quelconque de parents ! Par concours de circonstances, ils font de la débrouillardise, et deviennent tenanciers des cabines. Pitié de voir, certaines personnes vivre un destin de souffrance, où, il serait même souhaitable de ne pas naître. Les familles disloquées, les enfants devenus «  enfants dits de la rue », d’autres vivent de la prostitution à cause de la pauvreté, Will Smith avec « la Poursuite du bonheur », nous enseigne que la vie est si rude de fois, compliquée et nous amène à contre-courant. Mais alors, comme je l’ai toujours dit, « seul l’espoir demeure », Will Smith avait un atout d’être opportuniste ! Son atout c’est son parler et l’opportunisme, c’est de pouvoir passer un stage à l’interne dans une société sans être payé pendant six mois, la pire des choses que sa femme n’a pas pu supporter. Mais au bout de six, la vie a souri et réellement, il a vu le bonheur. Le chemin du bonheur exige de fois l’espoir, la résistance et d’utiliser le peu d’atout que vous possédez. A la poursuite du bonheur, un film qui nous fait penser à notre triste réalité africaine !
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Aimé Kazika a partagé la publication de Debriefing Média Channel.