Les projets de développement en Afrique en général et en RDC en particulier sont comparables à la théorie de l’« hippopotame flottant » !






Les projets de développements en Afrique en général et en RDC en particulier sont comparables à la théorie de l’« hippopotame flottant » !
Selon l’encyclopédie en ligne, http://fr.wikipedia.org, les hippopotames (Hippopotamidae) forment une famille regroupant plusieurs espèces de mammifères.  De nombreuses espèces sont disparues mais il en existe toujours deux vivantes: l'espèce la plus connue, l'Hippopotame dit amphibie, et l'Hippopotame nain. Leur espérance de vie est d'environ une quarantaine d'années. Ce sont des animaux aquatiques massifs au corps en forme de tonneau. Il est très rare de voir un hippopotame hors de l'eau la journée bien qu’il soit herbivore. C’est l’un des animaux les plus dangereux d’Afrique. Il protège férocement son territoire, cause de la plupart des attaques sur les humains. L'hippopotame passe ses journées dans l'eau et ses nuits à terre. Mais, comment les projets de développement en Afrique ou en RDC soient comparables à la théorie de l’hippopotame flottant ?  C’est  simple  comme  fait ! L’Afrique est le dernier des continents en matière de développement  et  croissance  économique  quelque soit  ce qu’on pourra  nous  dire, qu’il  a  une  meilleure  croissance ! Sa population reste  encore  très  pauvre,  les inégalités  sont  criantes  et  le  fossé  béant.  Point  n’est  besoin  des  chiffres  ni  d’enquêtes pour comprendre que  la santé développementale  en Afrique  en  général et en RDC  en particulier n’est pas bonne. Des faibles budgets annuels, la corruption,  le  mauvais  paiement  des fonctionnaires, la  ruralisation des villes, mauvais état des infrastructures de  base  avec le même refrain  il n’ y a pas d’argent etc.  Cette situation est semblable à la théorie de l’« hippopotame flottant » dans ce sens qu’en Afrique, nous n’avons pas d’icebergs, nous avons seulement des hippopotames.  Donc, la face immergée de l’hippopotame montre que seules 5 % (des personnes riches, des infrastructures en réhabilitation, des reformes entamées, bref, toutes les bonnes intentions de nos gouvernements ne représentent que «   la partie émergée » de hippopotame flottant  vu par les hommes, appréciés par la communauté internationale…ceci se vérifie et est vérifiable, puisque c’est quantifiable. En RDC, on comparerait les 5 % à la politique gouvernementale sur la maitrise de l’inflation et de cadre macro-économique, quelques réhabilitations, quelques chantiers etc.…mais, lorsque les 95 % restantes (partie immergée de l’hippopotame flottant) demeurent  dans la pauvreté…c’est les 95 % de la population mal payée, dans le chômage, dans la misère, les routes en mauvais état…Ce qui se passe en Afrique et en RDC, c’est la théorie de hippopotame flottant.






Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Aimé Kazika a partagé la publication de Debriefing Média Channel.