vendredi 29 avril 2016

web2pourdev] Opportunité d’apprentissage: TIC et médias sociaux pour le marketing....

République Démocratique du Congo

Lieu : Bukavu (IITA-BUKAVU/RDC, Route Kavumu, Km18, bifurcation Birava, site de Kalambo, UCB (Université Catholique de Bukavu))
Date : du 20 au 24 juin 2016, de 9h00 à 17h30
Le Centre technique de coopération agricole et rurale ACP-UE (CTA) et l’Institut international d'agriculture tropicale (IITA) en République Démocratique du Congo (RDC), organisent une formation baptisée «Opportunité d’apprentissage: TIC et médias sociaux pour le marketing et l'agribusiness » à Bukavu, Congo du 20 au 24 juin 2016.
Cette formation est destinée uniquement aux jeunes impliqués dans l'entrepreneuriat agricole. Elle est réalisée dans le cadre d'un partenariat avec le programme Youth Agripreneurs de l'IITA. Les jeunes de ce groupe opérant en RDC, en particulier dans la zone de Bukavu, ainsi que d'autres jeunes agro-entrepreneurs pouvant s'y rendre sont les cibles de l'activité.
Les participants seront initiés à une sélection d’applications des TIC et des médias sociaux et apprendront à les utiliser de manière pratique pour le marketing et le développement de leurs exploitations agricoles. 
Le Centre technique de coopération agricole et rurale ACP-UE (CTA) a pour mandat de promouvoir le développement des châines de valeur agricoles et de faciliter l'accès et la diffusion de l'information dans les domaines de l'agriculture et du développement rural dans les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). L’organisation de ces formations s’inscrit dans le cadre des initiatives du CTA pour soutenir l'entrepreneuriat agricole par les jeunes, ainsi que les organisations des pays ACP afin qu’elles puissent mieux accéder à l’information, mieux la partager et entretenir leurs réseaux de manière plus efficiente. 
Contenu de l’Opportunité d’apprentissage :
·        Le Web 2.0 et les médias sociaux: concepts, principes ;
·        La pratique et les réalités du marketing agricole au niveau national et international (session d'échange) ;
·         Accès sélectif à l’information à travers (i) la recherche multilingue avancée; (ii) le RSS et (iii) les alertes automatiques ;
·        La collaboration à distance (exemple de Google Drive) ;
·        Identifier son entreprise sur Google Maps ;
·        Conversations en ligne (Skype, Whatsapp) ;
·        Les photos pour le web ;
·        Le blog (Blogger ou Wordpress) ;
·        Le marketing à travers les Pages Facebook, Twitter et Instagram ; risques et mesures de mitigation;
·        Tirer profit des systèmes d'information de marché agricole; échanges sur des expériences   nationales;
·        Développer une stratégie médias sociaux pour son entreprise agricole ;
·        Opportunités du financement participatif (crowdfunding) pour votre entreprise agricole ;

La sélection des modules pourra être adaptée aux profils des participants.
 
Un suivi de la formation ainsi qu'un atelier d'échanges sur les premiers effets/résultats pour les exploitations/entreprises seront par la suite organisés.
 
Qui peut y participer ? Critères de sélection
·       Être jeune agro-entrepreneurs/exploitant agricole (18 – 35) ;
  • Être initié(e) à l’informatique et être familiarisé(e) à la navigation sur l’internet ;
  • Avoir un accès régulier à, ou mieux, posséder un ordinateur connecté à l’internet ;
  • Avoir une adresse électronique active ;
  • Pouvoir prendre en charge les frais logistiques liés à la participation à l’événement si nécessaire (voir ci-dessous) ;
  • Résider à Bukavu (RDC), ou pouvoir s'y rendre en se prenant en charge.
Eligibilité – Responsabilités
La participation à l’Opportunité d’apprentissage est gratuite sous réserve d'acceptation par les organisateurs. Les candidats sélectionnés recevront une confirmation de leur participation.
Responsabilités
Les participants s’engagent à prendre en charge par eux-mêmes les coûts liés à leur déplacement et séjour (si nécessaire) à Bukavu. Les organisateurs ne fournissent que les pauses-café et le déjeuner durant les cinq jours de l’Opportunité d’apprentissage.
 
Pendant l'événement, outre le déjeuner et le rafraîchissement, les organisateurs fourniront des publications du CTA et du matériel didactique divers.

Inscription et clôture des inscriptions
Les personnes intéressées à participer doivent s’inscrire en remplissant le formulaire au lien suivant : s’inscrire ici https://fr.surveymonkey.com/r/bukavu-jeunes (Date de clôture des inscriptions : le 31 mai 2016)

Confirmation de participation
Les organisateurs informeront les candidats de l’état de leur inscription une semaine avant le début de la formation par courrier électronique.

Contact

IITA
Mireille Nsimire
Spécialiste TIC
Tél. : +12016167845 (gratuit)
 
CTA
Ken LOHENTO 
Email : lohento@cta.int

lundi 18 avril 2016

[info-amma] Fwd: Conference FRIEND Dakar nov-dec 2016

À
Aujourd’hui à 7h49
Dear  Colleagues

can you circulate this call for the 2nd edition of the Conference on the Hydrology of the African Large River basins ,
to be held in Dakar 26th Nov to 3rd of December 2016 ?
26th arrival
27th UNESCO workshop on the project about hydrological normals in West Africa
28th-30th main conference
1st-3rd Dec : training and workshop on SWAT model  together with the Eco&Sols and GET Laboratories in France


A second Flyer with more informations about fees, location and associated partners will be released soon.


FRIENDly yours

Gil Mahé
FRIEND FIGCC Coordinator

_________________

 
Chers collègues pouvez-vous faire circuler cet appel à la 2ème édition de la Conférence sur l'hydrologie des grands bassins fluviaux d'Afrique , qui se tiendra à Dakar 26 novembre au 3 Décembre 2016 ? arrivée le 26 Nov 27 atelier de l'UNESCO sur le projet sur ​​les normales hydrologiques en Afrique de l'Ouest conférence principale 28 au 30 novembre 1 au 3 décembre : atelier de formation et sur ​​le modèle SWAT conjointement avec les laboratoires Eco & Sols et GET en France Une deuxième brochure avec plus d'informations sur les frais , l'emplacement et les partenaires associés sera envoyée bientôt. FRIENDly Gil Mahé Coordonnateur FIGCC de FRIEND

jeudi 14 avril 2016

RINEA mobility grants scheme: Networking opportunities for Africa...



Deadline for applications: 29 April 2016.

Mobility grants scheme: Networking opportunities for African stakeholders in brokerage events in Europe
The current mobility grant scheme is conducted by FORTH/PRAXI Network and JyU/UniPID, partners in the RINEA project, and is addressed to applicants representing SMEs, universities, research institutions and other R&I organisations based in African countries, active in priority Food Nutrition Security and Sustainable Agriculture (FNSSA) and related fields.

The funding scheme is designed to facilitate the participation of researchers, entrepreneurs, innovators, and other relevant stakeholders in networking and brokerage events organised in the context of RINEA and beyond.

Successful applicants under this grant scheme will receive financial support in order to participate in one of the following brokerage events:


The events are organised in the framework of Enterprise Europe Network and they promote business, technological and research partnerships. Representatives from business and research communities will have the opportunity to explore possible synergies and build new partnerships following a programme of pre-arranged meetings.

For more information about the aforementioned events, the grant scheme rules for participation, eligibility criteria, and the application procedure please refer to the documents below:

Deadline for submission of applications: 29 April 2016

Contact
FORTH/PRAXI Network
Ms. Vaya Piteli, piteli@help-forward.gr, +30 2310 552790-1
Mr. Dimitris Filippidis, filippidis@help-forward.gr, +30 210 3607690
JyU/UniPID
Ms. Melissa Plath, melissa.a.plath@jyu.fi, +358 (0)40 024 8075




mardi 12 avril 2016

Être étudiante en RDC,un calvaire!

Jeune femme congolaise
Mes problèmes ont commencé au moment de l'inscription

ÊtreétudianteenRDC,uncalvaire!

- Par

Aimé Kazika


De l'inscription à la fin des études universitaires, être étudiante au Congo-Kinshasa est un véritable parcours du combattant. Les premières difficultés rencontrées sont relatives aux démarches administratives très longues et sensibles à la corruption. Ensuite, il n’est pas rare que certaines filles soient obligées d’entretenir des relations avec les enseignants pour pouvoir passer en classe supérieure. Cette situation est bien connue de tous, y compris des autorités qui ne réagissent pas.
Pourquoi les étudiantes subissent-elles ces pressions? Que faire pour que cette situation change ?
Chantal Kabalo est une jeune étudiante de 21 ans. Elle a vécu des moments difficiles durant son cursus universitaire. Elle a accepté de répondre à mes questions sur ce sujet.
Aimé : Pourquoi as-tu accepté de relater ta vie ?
Chantal : Parce que j’ai vécu une histoire triste et je ne suis pas la seule à l’avoir vécue. Je cherchais l’occasion de pouvoir en parler afin de dénoncer ce que nous vivons sur le campus.
Aimé : Qu’as-tu à dire sur les abus dont sont victimes les étudiantes congolaises ?
Chantal : Mes problèmes ont commencé au moment de mon inscription en première année de graduat à l’Université pédagogique nationale. J’ai entamé le processus d’inscription en retard alors j’ai été obligée de contacter un jeune assistant pour faciliter les choses.
Aimé : Qu’est ce qui s’est passé ? Peux-tu nous en dire plus ?

Chantal : De peur de ne pas être admise, j’ai contacté un assistant que je connaissais. Malheureusement, il en a profité pour me demander des sommes exorbitantes. Il a fini par m’obtenir l’inscription et j’ai pu intégrer le programme. Mais j’ai beaucoup dépensé.
Aimé : Et le calvaire des cours… ?
Chantal : Pour les cours, j’ai un mauvais souvenir. Se réveiller à 5h00 du matin pour arriver à 6h00 dans un amphi déjà plein à craquer. Il y avait parfois près de 2000 étudiants dans des salles censées en accueillir 200. « Ce qui compte c’est suivre le cours », disent les anciens. Mon calvaire était renforcé par l’obligation d’acheter les syllabus. Sans cela, vous échouez aux cours même si vous avez participé à toutes les séances et avez réussi aux examens. L’achat du syllabus est obligatoire pour réussir.
Aimé : Qu’est ce qui a été difficile ensuite ?
Chantal : Pour pouvoir passer certaines classes, je devais donner 10 à 20 $ aux profs. Lorsque ce n’était pas assez, j’étais obligée d’entretenir des relations intimes avec un ou plusieurs assistants pour pouvoir accéder au niveau supérieur.
Selon moi, l’université est censée être un lieu d’apprentissage de certaines valeurs. Ces pratiques détruisent le système éducatif et affectent les jeunes femmes. Il faut que cela cesse !