vendredi 5 février 2016

Le dialogue ou le chaos ?



En République Démocratique du Congo, le dialogue politique prôné ou promis  par le chef de l’Etat, ne cesse d’occuper la Une d’actualité congolaise. L’on se rappellera du denier discours du Président Kabila sur l’Etat de la Nation devant les deux chambres où il en a fait mention.
En effet, l’année 2016, est une année électorale en RDC. Plus on avance vers le mois de Novembre plus la tension monte ; moins la chance de pouvoir organiser les élections prochaines est en vue.
Ainsi, le dialogue politique devient alors la « panacée »pour résoudre le problème des contentieux électoraux de 2011 et apaiser le climat de décrispation qui règne en RDC. Or, les tenants dudit dialogue passent un message d’ «  endoctrinement » selon lequel sans le dialogue il y aurait chaos au Congo, et si vous êtes contre le dialogue, vous passez pour l’homme qui n’aime pas le Congo. Pour autant dire, tous, sans exception, devrions dire « oui » au dialogue.
La démocratie ou la constitution de la RDC autorise à tout un chacun de dire oui ou non, devant une chose qu’il juge nécessaire ou pas. Pourquoi cet endoctrinement qui se lit et qui se dit à travers la médiatisation, les campagnes à travers le pays via les affiches, le calicot et les banderoles ? Sérions-nous tous pro-dialogue pour aimer ce pays ? Loin de là !
Je pense à mon avis, un troisième discours reste possible, avec ou sans dialogue, le Congo ne connaitra jamais le chaos. Aux esprits faibles de croire que si nous allons au dialogue, c’est la solution magique pour débloquer le processus électoral actuel et permettra au Congo de retrouver sa paix et sa cohésion nationale, non, non…, seul, le respect des textes existants et la constitution, constituera le gage de la paix sociale et occasionnera l’alternance pacifique dans ce pays.
L’on se souviendra, de certains pays, après le dialogue, le pays s’est sombré dans la violence. Dialogue ou chaos, ce message ne doit pas être accepté. Si le dialogue aura lieu, tant mieux, s’il n’aura pas lieu, ce n’est pas non plus le chaos. Quelque soit la situation où le Congo se trouvera, un consensus se dégagera. Voilà pour moi, le troisième discours que l’intellectuel congolais doit prononcer.

mardi 5 janvier 2016

Mon bilan pour l’année 2015 !




At Multi Média University of Nairobi -Kenya
At Multi Média University of Nairobi -Kenya

L’année 2015 a été une année riche d’événements et d’opportunités pour moi. Elle a cimenté mes connaissances scientifiques dans plusieurs domaines et m’a permis d’élargir mon réseau. Elle reste inoubliable et augure un avenir meilleur.
En grande ligne, on peut retenir ceci pour 2015 :
- En juillet 2015, j’ai fait une recherche sur l’agriculture intelligente face au climat ; cette recherche a été instructive et m’a apporté de nouvelles informations scientifiques sur la question de climat, notamment en lien avec la résilience, l’adaptation et la sécurité alimentaire.
- C’est en 2015 que j’ai modéré une discussion en ligne sur la plate forme, la Voix des Jeunes focalisée sur le climat
- Entre Septembre et Octobre 2015, j’ai été retenu par Tulane University (USA) parmi les 35 africains de 14 nationalités pour participer à une formation à MultiMédia University of Nairobi au Kenya sur la Biodiversity informatics et également, à participer à la Conférence Annuelle sur TDWG 2015 (Biodiversity Information Standards) avec comme thèmes : Applications, Standards and Capacity Building for Sustaining Global Biodiversity.
- J’ai eu l’opportunité scientifique de présenter un poster lors de la conférence de TDWG 2015 à Nairobi sur « Improved plant genetic biodiversity through the organization and promotion of agricultural shows and seed fairs », en français « Amélioration de la biodiversité phytogénétique par l’organisation et la promotion des foires agricoles et foires aux semences »,
- Entre 20 juillet et 26 octobre: j’ai participé à deux formations en ligne Mooc dont l’un sur le Journalisme Web – module (MOOC journalisme d'Afrique Innovation), organisé par CFI (agence française de coopération média) et l'ONG Code for Africa en partenariat avec Rue89, AFP, A.N.C.I.R, ICFJ, Hacks Hackers, Le Monde Afrique.
Et l’autre Mooc, du 26 Octobre au 13 Décembre 2015 , sur la Gestion des Aires Protégées en Afrique (MOOC GAP), assurée par IUCN-AFD, PAPACO en partenariat avec Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Fondation RAMSAR et RESCIF.
- J’ai participé à plusieurs forums en ligne sur plusieurs sujets dont l’apiculture durable, la rédévabilité etc.
- Mon engagement citoyen sur les réseaux sociaux a été si intense en 2015 que plusieurs articles ont été écris et publiés dans mon blog http://avenirdesjeunesdrc.blogspot.com/ et sur d’autres réseaux !
- L’année 2015 a été très riche et 2016 entrevoit de nouvelles opportunités.
- Toutefois, l’année 2015 n’a pas été seulement si riche d’événements positifs mais, elle a été pire que 2014, car, le début de l’année a été marquée par une insurrection populaire dans mon pays Congo- Kinshasa, ce qui a causé des nombreux morts, et la situation des massacres récurrents à l’est de la RDC, a marqué aussi mon intention en passant par la découverte du charnier de Maluku, dont le silence occultait par les autorités n’a pas permis de connaitre la vérité. Par ailleurs, les attentats de Paris ont clôturé l’année, ce qui a encore amenuisé nos espoirs et a remis en cause la sécurité dans les pays dits développés.
- L’année 2016, sera une année d’énormes défis tant sur le plan individuel, que sur le plan national (processus électoral en RDC) qu’international ( les ODD remplacent les OMD et l’accord de Paris sur le climat), sont autant de défis mondiaux qui auront des répercussions sur la vie individuelle

BONNE et HEUREUSE ANNEE 2016


Puisse l'année 2016 tenir les promesses de paix, amour, joie, santé et prospérité dans ta vie.

Puisse Dieu élargir tes tentes et ton territoire. 

Que tous tes rêves et tes visions parviennent à leur réalisation.

Que les bénédictions et les grâces de Dieu t'accompagnent toi et toute ta famille tout au long pour faire de 2016 TA MEILLEURE ANNEE JAMAIS VECUE!!!

C'est le début du travail et le premier jour l'année 2016!

mercredi 23 décembre 2015

Mes vœux les meilleurs pour la nouvelle année 2016!

Mes vœux les meilleurs pour la nouvelle année 2016! 

L'année 2015 a été si riche et j'espère que 2016 drainera encore plein d'opportunités.

Aujourd’hui, commence le congé de fin d’année jusqu’au 5 janvier 2016. Je vous retrouve l’année prochaine.
Je souhaite à tous, une fête de Noël et Bonne fête de Bonana !

lundi 21 décembre 2015

ENQUETE D’OPINION




ENQUETE D’OPINION
Veiller remplir ce formulaire après la lecture de cet article https://docs.google.com/forms/d/1RymrbrBvWAO68NmT_FgkbMtLTv7k9rCS4U6aT3qeAZo/viewform

De la nécessité d’interconnecter les médias de l’Afrique francophone :
GCAM, l’application mobile first qui révolutionne les médias africains et change la vie du citoyen.

Tout profond changement  opéré dans la société humaine, part d’un constat ou d’une observation. Le sondage d’opinion est l’un des moyens privilégiés pour mener une  enquête  auprès d’un échantillon de la population au sujet d’une question.  A travers ces lignes qui suivent,  une équipe de jeunes africains, conduite par Vanessa Linda Kapche, présente  une solution innovante pour les centres de médias de l’Afrique francophone et leurs cibles respectives afin de recueillir  l’avis des utilisateurs des réseaux sociaux à savoir Facebook, Twitter, Google+ et Linkedin  sur une période de trois semaines. L’enquête s’étend alors du 21 Décembre 2015 au 12 Janvier 2016 et concerne les pays suivants : Côte d’Ivoire, Cameroun, Congo Kinshasa, Burkina Faso, Mali, Togo, Maroc, Tunisie, Madagascar, Congo Brazaville, Guinée Conakry, Niger, Sénégal, Benin, Algérie,  Gabon, Rwanda...

Quid du problème que veut résoudre GCAM

GCAM (Geolocalisation Center For Africa Medias), est une application mobile first, qui naît du constat de l’infobésité grandissant et de l’incapacité d’un individu à accéder à une information préférentielle  depuis son mobile, son Iphone ou sa tablette Androïd. C’est dire que, vu le nombre important des centres de médias en Afrique francophone, il devient de plus en plus difficile au citoyen lambda de connaître ces centres de médias et d’avoir une vue globale sur les informations qui l’entoure. C’est dire aussi que, selon le  premier  rapport trimestriel  2015 de l’ARTCI (L’Autorité de Régulations des Télécommunications en Côte D’ivoire) rapportant que ce sont 7 222 261 personnes qui sont abonnés à internet dont 7 155 583 abonnés à internet mobile 3G soit une proportion de 99,89% et 0,92% pour l’internet fixe. L’urgence est de proposer l’information à un consommateur par ordre de  préférence via internet mobile ou par SMS, MMS ou audiotel pour ceux qui ne peuvent pas avoir accès ce canal. Cette tendance de la connexion à internet est sensiblement la même en Côte d’Ivoire que dans les autres pays de l’Afrique francophone. Par ailleurs, l’autre constat qui motive la création d’une telle application est le manque d’équilibre dans la diffusion des informations par catégorie d’activité.

GCAM, carrefour des médias par l’accès facile et en temps réel à l’information géolocalisée

GCAM, comble un vide numérique médiatique par la géolocalisation et  la cartographie numérique des entreprises de médias tout en alliant diffusion de l’information de manière interactive et dynamique. GCAM, interconnecte les entreprises de Médias de l’Afrique en diffusant leurs informations à un public bien précis en fonction des préférences de chaque utilisateur. Ces centres bénéficieront d’une géolocalisation de leurs structures, d’une diffusion de leurs contenus en continu sur l’interface de l’application et d’une redirection vers leurs sites internet mobiles. ‘’Avec d’autres services supplémentaires, notre objectif est d’accroître l’audimat des médias africains  francophones et d'augmenter leur visibilité vis-à-vis des consommateurs de l’actualité’’. 

Ton avis contribue à réinventer les médias en Afrique

Nous voulons apporter une innovation dans le secteur médiatique en Afrique francophone. Cette innovation veut mettre au cœur des médias la satisfaction des choix du téléspectateur, de l’auditeur ou du lecteur. Etant donné que celui-ci est bien souvent lésé et éprouve du mal à trouver le programme de son choix et en vue d’atteindre un tel objectif, nous incitons tout chacun de vous à participer à ce sondage que nous menons. Il a pour objectif de réinventer les médias de l'Afrique à travers une géolocalisation et une rediffusion de l'actualité venant de leurs sites afin de faire une cartographie des médias en Afrique.

Merci de bien vouloir participer à ce sondage en répondant à ce formulaire ici :

Zotun Joseph Lah pour l’équipe GCAM

vendredi 18 décembre 2015

«Opportunité d’apprentissage du Web 2.0 et des Médias Sociaux » au Congo en 2016.

République démocratique du Congo

Formation 1
- Lieu : Bukavu (IITA-BUKAVU/RDC, Route Kavumu, Km18, bifurcation Birava, site de Kalambo, UCB (Université catholique de Bukavu))
- Dates : du 22 au 26 février 2016, de 9h00 à 17h30
Formation 2
- Lieu : Kinshasa (IITA-KINSHASA/RDC, Boulevard du 30 juin Kinshasa Gombe, av. Batetela)
- Dates : du 29 février au 04 mars 2016, de 9h00 à 17h30
Le Centre technique de coopération agricole et rurale ACP-UE (CTA) et l’Institut international d'agriculture tropicale (IITA) en République démocratique du Congo (RDC), organisent une série de formations «Opportunité d’apprentissage du Web 2.0 et des Médias Sociaux » au Congo en 2016.
Les deux premières formations se tiendront du 22 au 26 février 2016 (Bukavu) et du 29 février au 04 mars 2016 (Kinshasa). Les participants seront initiés à une sélection d’applications du Web 2.0 et apprendront à les utiliser de manière pratique. Ils auront l’opportunité de suivre et de prendre part à la pratique de ces applications innovantes et pourront expérimenter les possibilités de leur utilisation dans un cadre professionnel. Ces nouveaux services et applications en ligne facilitent l’accès à l’information, la collaboration à distance pour la création, le partage et la publication de l'information.
Le Centre technique de coopération agricole et rurale ACP-UE (CTA) a pour mandat de faciliter l'accès et la diffusion de l'information dans les domaines de l'agriculture et du développement rural dans les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). L’organisation de ces formations s’inscrit dans le cadre des initiatives du CTA pour soutenir les organisations des pays ACP afin qu’elles puissent mieux accéder à l’information, mieux la partager et entretenir leurs réseaux de manière plus efficiente.

Contenu de l’Opportunité d’apprentissage :
·         Le Web 2.0 et les médias sociaux dans le secteur agricole: concepts, principes ;
·         Accès sélectif à l’information à travers (i) la recherche multilingue avancée; (ii) le RSS et (iii) les alertes automatiques ;
·         Curation de contenu : les tags et le référencement social ;
·         La collaboration à distance (exemples de Google Drive et Dropbox) ;
·         La cartographie en ligne (via Google Maps) ;
·         Conversations en ligne (Skype, Google Hangouts, Viber, Whatsapp) ;
·         Les photos pour le web ;
·         Le blog (Blogger ou Wordpress) ;
·         Le micro-blogging (Twitter) ;
·         Le réseautage social (LinkedIn et Facebook) : risques et mesures  de mitigation ;
·         Les communautés de pratique en ligne;
·         Le Web 2.0 et les médias sociaux pour l'agri-business et le marketing ;
·         L'auto-apprentissage du Web 2.0: introduction au module IMARK « Web 2.0 et médias sociaux pour le développement ».

La sélection des modules pourra être adaptée aux profils des participants.


Eligibilité – Responsabilités
La participation est gratuite sous réserve d'acceptation par les organisateurs. Les candidats sélectionnés recevront une confirmation de leur participation.

Qui peut y participer ? Critères de sélection
·         Être activement engagé(e) dans le secteur agricole (chaînes de valeur, politiques), le développement rural, la gestion des ressources naturelles, la conservation de la biodiversité, l’information - communication, y compris les TIC pour le développement (TICpD) ;
  • Être initié(e) à l’informatique et être familiarisé(e) à la navigation sur l’internet ;
  • Avoir un accès régulier à, ou mieux, posséder un ordinateur connecté à l’internet ;
  • Avoir une adresse électronique active ;
  • Pouvoir prendre en charge les frais logistiques liés à la participation à l’événement si nécessaire (voir ci-dessous) ;
  • Résider en RDC et pouvoir se déplacer dans les villes ciblées.
Les candidatures des personnes jouant un rôle lié à la formation dans leurs institutions seront examinées avec attention (afin de favoriser une retransmission des compétences acquises). La candidature des femmes est aussi vivement encouragée.
Responsabilités
Les participants s’engagent à prendre en charge par eux-mêmes les coûts liés à leur déplacement et séjour (si nécessaire) dans les villes ciblées. Les organisateurs ne fournissent que les pauses-café et le déjeuner durant les cinq jours de chaque formation. Pendant l'événement, outre le déjeuner et le rafraîchissement, les organisateurs fourniront des publications du CTA, de l’IITA et du matériel didactique divers.

Inscription et clôture des inscriptions
Les personnes intéressées à participer doivent s’inscrire en remplissant le formulaire aux liens ci-dessous

-       Formation à Bukavu : s’inscrire ici  https://fr.surveymonkey.com/r/Web2-Bukavu-Inscription  (Date de clôture des inscriptions : le 17 janvier 2016)
-       Formation à Kinshasa - s’inscrire ici https://fr.surveymonkey.com/r/web2-Kinshasa-inscription  (Date de clôture des inscriptions : le 24 janvier 2016)

Confirmation de participation
Les organisateurs informeront les candidats de l’état de leur inscription au moins une semaine avant le début de la formation par courrier électronique.

Contact

IITA
Mireille Nsimire
Spécialiste TIC
Tél. : +243971452193

CTA
Ken LOHENTO :
Email : lohento@cta.int