Quand ma femme devient lesbienne et vit dans la polyandrie !





Cette histoire se déroule dans un centre hospitalier. Il est 19h passés de quelques minutes. Je suis devant le bureau du médecin pour une consultation, j’attends une discussion dans un autre office, je pensais un couple qui dispute du problème de couple, curieux de voir, de savoir et d’entendre les propos de l’homme en colère, d’une trentaine, debout à coté d’une jeune femme de vingtaine, et à coté, une autre jeune femme d’une vingtaine, le bruit court le couloir, les infirmières se précipitent pour les séparer. Ce sont deux rivaux,  deux partenaires qui se querellent. Chacun a raison  et dit c’est ma femme ! Le Monsieur dit, c’est ma femme, l’autre est lesbienne, et celle qualifiée de lesbienne dit, c’est ma femme. Chacun de nous, doit être proche de la malade pour exprimer son amour. Je suis venue visiter ma femme, car elle est malade réponds-t- elle à une infirmière. Dépassée par l’événement, l’infirmière ne sait rien dire, elle ne fait que regarder, car c’est une situation qui ne se passe pas en pleine ville et surtout dans un quartier populaire, et encore la nuit. En voulant s’enquérir de la situation, l’homme me dit, ma femme vivait avec cette fille, elle est lesbienne, et elle veut toujours que ma femme continue à la suivre, je le lui ai interdit, mais, elle ne renonce pas toujours, car, semble t-il cette relation est difficile à rompre selon certaines langues. Je me suis dit, donc, cette femme vit dans la polyandrie (plusieurs maris) ? Je ne sais pas donner la réponse. Le lesbianisme dans notre culture n’existait pas, il est même condamné, mais, de plus en plus, la réalité explique autrement les choses. On voit plusieurs filles vivre cette relation entre elles, si vous leur poser la question, elles répliquent, c’est un choix personnel et nul ne peut nous arrêter de rompre. Un jour, une jeune joueuse m’a affirmé qu’elle préfère être lesbienne que de vivre une relation hétérosexuelle, elle veut simplement éviter une grossesse pour bien gérer sa carrière ! Mais, chose étonnante, j’ai une cousine qu’il y a presque trente ans, elle était lesbienne depuis son jeune enfance, mais, dont on ne comprenait absolument rien de cette situation. En ce moment là, le mot « lesbienne », n’était pas parmi les vocables que je connaissais. Dans le langage courant de Kinshasa, on appelle les « Lelé », raccourci de Lesbienne. Question qu’on ne saurait pas parler faute des convictions religieuses, question qu’on ne saura développer faute de notre poids culturel, question qu’on ne saura discuter car le substrat culturel  nous l’empêche…Le lesbianisme est sujet qui n’est pas tabou mais une réalité, on les voit, on les côtoie, et elles s’acceptent dans cet état. Quand ma femme devient  lesbienne et vit dans la polyandrie telle l’a été la question posée par ce jeune de trentaine.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Aimé Kazika a partagé la publication de Debriefing Média Channel.