OIM: plus de 4000 migrants seraient déjà morts en 2014

mediaPhoto du ministère de la Défense chypriote d'une embarcation en difficulté transportant des migrants, le 24 septembre 2014.AFP PHOTO/HO/ Cyprus Defence Ministry
Dans un rapport remis lundi 29 septembre à l'ONU, à Genève, l'Organisation internationale des migrations dresse un constat alarmant sur le sort des migrants clandestins. L’OIM appelle à une meilleure coordination mondiale afin de bénéficier de données chiffrées plus précises, notamment sur le nombre de tués sur les dangereuses routes de l'exil.
Combien sont-ils à avoir fui le pays depuis le début de l’année 2014 ? Combien ont péri dans cette tentative de départ pour échapper aux violences et à la pauvreté ? Et tout simplement, qui sont-ils ? C’est à ces questions que l’OIM, l’Organisation internationale des migrations, a tenté de répondre dans un rapport de 216 pages remis lundi à l’ONU à Genève. Un document qui se veut le plus précis possible malgré d’immenses difficultés pour récolter des données chiffrées.
Au moins 4 000 migrants clandestins seraient morts au cours des huit premiers mois de l’année 2014. Mais sont-ils combien réellement ? Trois fois plus, avance l’OIM qui cite des experts. Ces derniers estiment que pour un mort retrouvé, deux ne le seront jamais.
500 personnes disparues lors d’un seul naufrage en septembre
L’Organisation en appelle donc à la création d’organes indépendants, mais aussi aux gouvernements des pays concernés, afin de mieux cerner le phénomène. Et outre une augmentation du flux de ces migrants clandestins, l’OIM constate la présence de plus en plus fréquente de Syriens et de Palestiniens qui tentent de gagner l’Europe.
Début septembre, certains étaient à bord d’une embarcation qui a coulé au large de Malte. Cinq cents personnes sont portées disparues. Selon deux survivants, les passeurs auraient sciemment fait couler le bateau.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Aimé Kazika a partagé la publication de Debriefing Média Channel.