L’impact des séries sur le quotidien de notre vie


Les acteurs principaux dans le série Marimar(Photo crédit: Google)
Les acteurs principaux dans le série Marimar(Photo crédit: Google)
Pouvons-nous encore de nos jours vivre sans être à la page, à la mode? Cela se remarque en majeure partie par les vêtements que nos stars préférées arborent, leurs paroles, ou encore des musiques dites par tous les hits tendances. Le plus flagrant reste la façon dont nous avons d’être aux séries et feuilletons qui passent sans arrêt à la télévision.
Barbarita, Marimar, Diablo, Rédemption, ou Schree etc. Ces séries sont les réalisations des rêves les plus fous des femmes. Elles s’imaginent être à la place de l’héroïne et ce qu’elles auraient fait. Pourtant le plus troublant dans toute cette folie cinématographique reste le fait que nos chères mamans, sœurs et femmes oublient parfois qu’elles ont des responsabilités lorsqu’elles sont en train de les regarder.
Rappelons-nous de la folie meurtrière du feuilleton Marimar sur les cuisines de nos mamans. Les femmes qui abandonnaient des bébés parce qu’elles devaient à tout prix voir «Marimar». Et aujourd’hui on voit l’influence de ces feuilletons à tous les niveaux de la vie. Les hauts Miranda qui ont fait des ravages sur tout le marché pendant la série « Destins croisés » ou encore la jupe paysanne de la belle Paola dans «Terra Nostra» qui a brisé bien des cœurs de jeunes filles qui voulaient aussi une comme celle-là.
Et même les hommes s’y mettent déjà. Avez-vous seulement remarqué que depuis le début de la série El Diablo, les hommes brillent plus en route que les femmes ? A quoi cela est dû? Ou mieux encore à cause de qui ? Sans doute un seul nom : « Martin Ascero », l’unique chef bandit qui a touché personnellement le sens vestimentaire des hommes avec ces costumes taillés sur mesure.
Tout le monde y participe, les chaines de télévision les premières qui ne cessent de programmer des séries les unes succédant aux autres. Vous prouvez voir des feuilletons et vos séries préférés à toute heure de la journée sur presque toutes les chaines (TF6, NT1, CRTV, TVCA, TF1, TV5, PALMIERS TV, DBS, …)
La majorité de ces feuilletons sont sud-américains. Mais de plus en plus on voit apparaître sur notre petit écran des séries indiennes, américaines, africaines, … Vaidehi ou encore Schree en sont des exemples typiques. Mêlant coutumes et tradition, ces séries rappellent fortement les réalités de notre pays.
Ce phénomène ne laisse personne derrière, et on le constate bien dans quasiment la plupart des grandes villes de l’Afrique centrale. De Yaoundé à Bangui en passant par N’Djamena pour ne citer que celles-là, les jeunes ne parlent plus que des séries telles que Gossip Girl, Les experts de Manhattan, Les Experts Miami avec Orasio Kent, Au nom de l’Honneur, Les frères Scott parmi lesquels on citera Nathan et Lucas tous amoureux du Basketball, Smallville avec comme acteur principal Clark Kent qui fascinent et éblouissent par les thèmes abordés, l’accoutrement des acteurs, leurs modes de vie et que sais-je encore.
Si le phénomène s’est généralisé, il faut dire qu’il ne s’est pas répandu sans conséquences. On peut citer entre autre, l’apprentissage du savoir vivre, le courage d’affronter le méchant, la conviction de faire du bien le bon choix et la punition du méchant qui font partie du bon côté de ce phénomène montant. Mais au delà de cette considération, il faut également voir le coté obscur de cette pratique notamment à travers l’invasion de l’esprit des jeunes par le vol, la facilité de la vie par des actes illégaux. C’est ainsi qu’on doit se poser des questions quant à l’ampleur de la situation et chercher à limiter les risques liés à ce phénomène qui possède son cortège d'effets néfastes dans la société. 
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Aimé Kazika a partagé la publication de Debriefing Média Channel.