L’Afrique à l’ère de l’agriculture 2.0

« Agriculture biologique », « agriculture écologiquement intensive », « agriculture raisonnée », « agriculture urbaine », « agriculture traditionnelle » et j’en passe, le mot « agriculture » semble bien marier avec divers qualificatifs.
Mais, à l’heure où les biotechnologies et les nombreuses batailles autour des OGM paraissent meubler l’essentiel des débats entre professionnels des milieux agricoles en Occident, en Afrique, un tout autre concept semble émerger : « l’agriculture 2.0 ». Un concept dont beaucoup ne maitrisent d’ailleurs pas toujours les ressorts. Mais, qu’est-ce au juste que l’agriculture 2.0 ? De quelle manière le web (qui semble si abstrait) peut-il contribuer à améliorer et/ou promouvoir la productivité agricole en Afrique ? L’avenir de l’agriculture africaine se jouerait-elle désormais aussi sur le web ?

Qu’est ce que l’agriculture 2.0 ?

Apparu au début de cette décennie, le concept d’agriculture 2.0, suppose une agriculture dont la « pratique » intègre l’usage des TIC (Internet et téléphonie mobile en l’occurrence) en vue d’une optimisation de la production et des rendements. Découlant de la volonté des acteurs de ce secteur (et pas seulement) de mettre les TIC au service de l’agriculture, elle se manifeste entre autres, par l’utilisation des TIC par ces derniers dans leur travail quotidien. Comme l’affirme Cletus Ikese, fermier nigérian : « l’agriculture aujourd’hui, va au-delà de porter une houe au champ ». Téléphones mobiles, ordinateurs et réseaux sociaux sont de plus que jamais mis à contribution et font désormais partie des outils nécessaires à l’exercice de leurs activités. Il ne s’agit donc pas ici de sites web ou de tablettes sur lesquels les agriculteurs peuvent semer du maïs ou stocker leurs productions agricoles en ligne mais, de la manière dont les agriculteurs intègrent les technologies de l’information et de la communication dans leurs travaux quotidiens et comment ces dernières contribuent au développement agricole de l’Afrique.
Des pratiques que d’aucuns considèrent déjà comme une sorte de « révolution verte version 2.0 » et qui place de plus en plus le web au centre des processus de développement de l’agriculture en Afrique. Mais concrètement, comment le web contribue-t-il au développement agricole de l’Afrique ?

Le web 2.0 : facteur de développement agricole en Afrique

Si dans les pays dits développés, les satellites, les puces d’identification, les robots, des tracteurs guidés par GPS, des drones volant au dessus des champs ou des robots utilisés pour traire les vaches contribuent déjà à rendre le travail des agriculteurs moins pénible, comme l’explique Jean-Sébastien Zanchi, en Afrique, c’est surtout sur le web 2.0 que semble (encore) se jouer l’avenir de l’agriculture.
Facilité d’exposition et de vente de leurs produits, meilleure gestion de leurs stocks, mise en réseau d’agriculteurs et d’acheteurs (d’Afrique et même d’ailleurs), et bien plus encore, en offrant des facilités de travail aux acteurs de ce secteur, les TIC contribuent largement à l’optimisation des rendements des agriculteurs africains. Mike, éleveur de cailles au Nigéria, le reconnait d’ailleurs : « J'ai été en mesure de travailler en réseau. J'y ai gagné, matériellement parlant… Les choses que, normalement, je n'aurais pas connues ou des choses que je n'aurai sans doute apprises qu'à l'école ou dans une bibliothèque, je les ai maintenant à portée de main. Je trouve du matériel de partout dans le monde sur mon téléphone portable ».
De quoi justifier l’engouement des agriculteurs africains - jeunes pour la plupart - (et pas seulement) pour le web, comme en témoigne le foisonnement des blogs spécialisés, des services et applications variés pouvant leur permettre par exemple de connaitre les différents cours de leurs produits  sur le marché (cacao, café par exemple) ou même de pratiquer l’irrigation à distance à partir de son téléphone mobile. Des actions soutenues pour l’essentiel par des organismes non-étatiques tels que le Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale (CTA) financé par l’Union européenne, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) (pour ne citer que ceux-là), qui s’activent (à travers l’organisation régulière de formations dans plusieurs pays africains notamment) à sensibiliser, intéresser les jeunes africains et renforcer leurs capacités sur les enjeux de l’usage des TIC pour le développement agricole. Car, le développement de l’Afrique passe forcément par là. Le web 2.0 serait-il donc la panacée contre les problèmes que connait de l’agriculture en Afrique aujourd’hui ?

Une (r)évolution qui n’est pas sans limite

S’il est de notoriété que les TIC et le web 2.0 en l’occurrence contribuent d’une certaine manière au développement agricole de l’Afrique et suscite de plus en plus de vocations dans ce domaine, cette révolution verte 2.0, connait bien des limites. D’une part, elle semble ne concerner que des « jeunes » agriculteurs et cela se comprend. Mettre les TIC au service de l’agriculture, suppose pour l’agriculteur d’avoir certaines compétences en matière d’usage de ces outils, ce qui disqualifie d’office un nombre important d’agriculteurs encore analphabètes à l’heure actuelle.
De même, seules les populations des milieux disposant de la couverture d’un réseau de téléphonie mobile peuvent réellement en bénéficier. Ce qui n’est pas le cas dans nombre de régions agricoles en Afrique où l’accès à un réseau de téléphonie mobile relève encore de la science fiction. Une réalité qui peut sembler paradoxale quand on a conscience du taux de pénétration de la téléphonie mobile sur le continent.
Dès lors, bien que la multiplication des initiatives comme celles mises en œuvre par le CTA dans le cadre du projet ARDYIS dont le but est de « sensibiliser et de renforcer les capacités des jeunes sur les enjeux du développement agricole et rural pour les pays ACP à travers les TIC », nous donnent des raisons d’envisager l’avenir de l’agriculture africaine avec optimisme, il n’en demeure pas moins vrai que l’agriculture dite traditionnelle, a encore de beaux jours devant elle. Et c’est sans compter avec les biotechnologies qui grignotent de plus en plus le terrain car, comme le souligne l’organisation LibreTerre citant une communication d’Etc. Group, « même si on tente de le nier, la révolution verte 2.0 risque fort de se transformer en boom pour l’industrie biotechnologique et de sonner le glas de la résilience – et de la diversité – rurale en Afrique ».

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Aimé Kazika a partagé la publication de Debriefing Média Channel.