Es- tu Ghanéen ? Chez moi (au Ghana) c’est comme ça !



Un jour, j’étais dans un taxi, il y avait à coté de moi, un jeune couple amoureux, qui mangeait, je crois des sandwiches ou des gâteaux. Une fois fini, la jeune fille voulait jeter le sachet avec le reste sur le boulevard, j’ai directement intervenu en disant à la fille, si tu veux jeter cela, donnez-moi garder dans mon sac, jusqu’à ce que je trouve une poubelle publique et j’en jetterai là. Son amant lui dit, tu vois, je t’ai dit quoi, il fallait le garder comme moi je l’ai fait la fois passée et je l’ai jeté dans une poubelle.
Je lui ai dit, puis-je vous raconter une petite histoire, les deux ont accepté. Je leur dit ceci ; il y a quelques années, au moment où le boulevard du 30 juin était entrain d’être agrandi, aménagé et modernisé, je mangeai  deux pommes vertes dans un taxi comme je suis friand de pommes. Une fois fini de manger mes pommes, je voulais jeter les sachets le long du boulevard, la jeune fille qui était à mes côtés et un papa, tous deux se sont précipités au même instant de me demander, pourquoi ne nous a pas tu donné pour les garder dans le sac ? J’ai été humilié et honni, comme si deux comètes passèrent sur ma tête. Je ne pouvais rien dire de plus, j’ai gardé un silence de mort avec ma honte. 

Les jours passèrent, j’ai voyagé pour le Burkina Faso pour assister à une conférence Internationale sur le changement climatique, et un certain après midi, j’avais décidé de visiter le SIAO (Salon International de l’Artisanat de Ouagadougou qui avait ouvert sa 11 è édition). Pendant que nous marchions pour visiter les différents stands, j’ai eu soif  et j’ai acheté une bouteille d’eau. Quand j’ai fini à boire, je cherchais la poubelle pour jeter la bouteille, une femme m’a vu entrain de chercher la bouteille, et me dit, de jeter là où j’étais puisqu’il y avait de personnes commises pour ramasser tous ces déchets solides, j’ai résisté, je lui ai répondu, je ne peux pas le faire et je continue à chercher une poubelle, la femme se tourna et me demanda, Excusez-moi Monsieur, es-tu Ghanéen ? , je lui ai répliqué pourquoi, elle me dit, au Ghana chez moi, c’est comme ça. Tu as un comportement des Ghanéens, et je lui ai dit, je ne suis pas Ghanéen, je suis congolais de la RDC en Afrique centrale. A quelques dix mètres, j’ai trouvé la poubelle et j’ai jeté la bouteille. 

Après ce temps, je suis rentré au pays et quelques années après, au niveau du Boulevard, j’étais en voiture, une jeune femme qui a jeté un sachet avec la chikwangue et autres petites choses, j’ai dit au chauffeur qui nous accompagner d’arrêter , comme c’était notre voiture, et nous étions à deux, nous sommes descendus et avons poursuivi la voiture et avons remis le paquet à la jeune fille, et nous lui avons dit, le boulevard venait d’être réhabilité et modernisé, nous devons changer notre attitude de jeter les saletés et déchets partout. La jeune dame nous regardait très inquiète, surtout que nous étions bien habillé, et elle ne pouvait rien dire que de nous demander excuse et pardon et avons continué notre route. 

Que retenir de cette histoire, nous pouvons changer notre attitude sur l’hygiène et l’assainissement. L’homme est maitre de son environnement et il doit vivre dans un environnement sain et salubre.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Aimé Kazika a partagé la publication de Debriefing Média Channel.