La migration clandestine : L’Afrique est responsable et l’Europe doit s’interroger!


Le mois d’avril 2015, restera inoubliable avec la situation des migrants clandestins qui ont péri dernièrement dans les eaux de la méditerranée. Cette situation  pousse nombre d’observateurs à s’interroger sur ce drame dont on ne sait pas trouver la solution.  Des milliers migrants africains n’arrivent pas à atteindre les cotes européennes d’Italie et/ou d’Espagne, faute d’embarcations de fortune qui échouent en pleine mer.

La grande question qui reste sans réponse, pourquoi, l’Europe commence à s’interroger sur cette problématique pourtant elle ne date pas d’hier, c’est du déjà vu et entendu ? Au moment où l’Europe s’interroge, par contre, en Afrique, les dirigeants sont caractérisés par un silence de mort et une insouciance inouïe.

Je pense, l’Afrique mieux encore, ses dirigeants sont responsables de ce qui se passent de l’autre coté de la méditerranée. C’est à l’Afrique de résoudre le problème en amont avant que l’Europe le fasse en aval. La racine du problème de l’immigration clandestine se trouve dans deux maux : politique et économique.

Dans une Afrique dont la croissance approche les deux chiffres, et une zone économique en pleine expansion et attirante d’investisseurs étrangers ; ses enfants meurent en cascade dans la mer, par simple raison, ils veulent atteindre l’Europe, considérée comme l’eldorado. Le mal développement de l’Afrique induite par la mauvaise répartition de la « fameuse croissance  économique » dont on ne cesse de chanter à la longueur de la journée sont loin une réalité pour l’africain moyen, qui pense, autant mieux tenter l’aventure de l’Europe que de végéter en Afrique sans espoir et un lendemain meilleur, tel est le constat des jeunes africains candidats à l’immigration par la haute mer.

Une autre cause de l’immigration clandestine à coté de la pauvreté qui caractérise les zones urbaines africaines, c’est le chômage de masse. On ne cessera de le dire, que les dirigeants africains, doivent tenir compte de la croissance démographique actuelle , plus particulièrement de la jeunesse qui se sent victime, abandonnée et sacrifiée au chômage éternel quand bien même les jeunes terminent l’université, bon nombre deviennent des chômeurs.

Tant qu’il n’existera pas de politiques qui peuvent résorber la pauvreté et le chômage particulièrement des jeunes, l’immigration clandestine sera un drame humanitaire auquel on ne saura ni contenir ni maîtriser. Il est encore prouvé que l’Afrique rurale devient de plus en plus pauvre et l’exode rural vers les villes est sera encore croissant.

En dernier comme cause de l’immigration clandestine, ce sont des guerres à répétitions qui caractérisent certains pays africains. L’Afrique est en proie aux guerres fratricides, aux rébellions qui déchirent le pays, à la mauvaise politique interne. Ces guerres, poussent des nombreux jeunes à fuir leur pays pour trouver mieux ailleurs. Donc, c’est une question qui doit être reconsidérée.

Si l’Afrique est responsable de sa part sa mauvaise politique interne, sa croissance exclusive et non inclusive, son développement économique orienté vers l’enrichissement d’une classe politique égoïste, l’Europe par contre soit s’interroger sur sa politique d’immigration ou encore la revisiter.

Pendant longtemps, l’Europe a fermé ses frontières pour barrer la route à des nombreux citoyens africains qui ont voulu en toute régularité, demander le visa et le droit de séjour. L’Europe a joué un mauvais rôle pensant, en fermant ses frontières et en rendant rigide sa politique d’immigration, elle allait résoudre le problème, au contraire, elle s’est vite trompée. Elle se voit aujourd’hui, désemparée et est obligée de reconsidérer sa politique. C’est une nécessité ! Même si, elle venait en secours aux centaines d’immigrants, le cycle de naufrage se répétera toujours tant que l’Afrique ne changera pas non plus sa politique de développement et de redistribution des richesses.

Toute fois, les solutions sont plausibles et cela, à plusieurs niveaux, Il faudra:

1.      organiser une conférence internationale entre l’Afrique et l’Europe sur l’immigration clandestine. La Conférence peut être parrainée par Organisation Internationale de Migration (OIM) et/ou l’ONU ;
2.      faire des choix de la chaîne des valeurs et des services permettant d’élargir les opportunités d’emploi et de création de revenus dans certaines régions ciblées d’Afrique ;
3.      penser aux secteurs qui constituent des niches d’emplois à haute productivité pour attirer les jeunes. 
4.      mettre en place une approche intégrée du financement et de la création de richesses dans plusieurs secteurs, mais aussi à la diversification de l’économie et à une croissance plus inclusive.
5.      sensibiliser la diaspora africaine basée en Europe qui alimente l’espoir aux jeunes restés sur sol africain ;
6.      aider et soutenir les pays de transit pour limiter l’afflux massif des jeunes candidats à l’immigration.
7.      Dialoguer avec les jeunes candidats à l’immigration et d’autres jeunes du continent sur les vraies raisons de l’immigration clandestine, etc.

Voilà pour moi, comment on peut résoudre ce phénomène d’immigration clandestine, à court, moyen et long terme. Ainsi, je propose deux solutions immédiates et sine qua none:

1.      A l’Europe, je propose qu’elle réécoute la chanson de Tiken Jan Fakoly « Ouvrez vos frontières » de l’album « Africain »
2.      A l’Afrique, je propose qu’elle améliore les conditions de vie des populations et mette en place une politique d’éradication de la pauvreté et du chômage des jeunes.


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Aimé Kazika a partagé la publication de Debriefing Média Channel.