Le cri d'un opprimé ( écris par Aimé Kazika en mai 2014): Une année jour pour jour!

Le cri d'un opprimé ( écris par Aimé Kazika en mai 2014), il est toujours d'actualité. Je le dédie aux populations de ‪#‎Beni‬.
Mon peuple pleure !
Mon peuple gémit de douleur,
Mon peuple crie, ses cris restent sans secours !
Mon peuple est devenu la raillerie des Nations, 
Il suffit d’un concert de musique pour que plus d’une quarantaine meurent !
Il suffit d’un match de football pour que plus d’une quinzaine meurent !
Il suffit d’un déraillement de train pour que plus d’une quarantaine meurent encore !
Il suffit d’un naufrage dans ses eaux lacustres pour que plus d’une centaine tombent !
Il suffit qu’une pirogue chavire pour que ses joueuses meurent !
Il suffit d’un incendie de la station pour que Sake pleure ses fils et ses filles !
Il suffit de…
Il suffit de…
Que dire de l’esprit de mort qui nous éclabousse chaque jour !
Que dire de Wewa qui nous écrase sans qu’ils ne soient inquiétés !
Que dire de toutes ses expulsions massives sans respect de la dignité humaine ni respect de droit international humanitaire et non plus l'accord Tripartite?
Que dire de mon peuple qui passe la nuit, des nuits et encore des nuits blanches sous la belle étoile ?
Que dire du silence des autorités nationales qui ne condamnent ni ne répliquent ! 
Face à ses larmes devenues « amères », mon peuple pleure encore ses fils et ses filles !
Seul l’avenir nous en dira plus !
Seul l’espoir fait vivre !
Extrait de « Cri de mon peuple », mai 2014.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Aimé Kazika a partagé la publication de Debriefing Média Channel.