La problématique des taxis-motos à Kinshasa : une réalité urbaine !



Les taxis-motos sont devenus une réalité dans certaines grandes villes africaines notamment dans la ville de Kinshasa. Kinshasa est une mégapole avec près de 12 millions d’habitant selon certaines statistiques, deuxième mégapole africaine après Lagos au Nigéria. Avec une population aussi croissante, le besoin en moyens de transport se fait sentir du jour le jour. Un de ces moyens bon marché et à la portée de toute bourse, c’est le taxi-moto, une réalité dans la mégapole Kinshasa. Depuis quelques années seulement, la ville de Kinshasa se voit envahir par les motos provenant de la Chine vendues à un prix permettant à des commerçants nationaux de créer de l’emploi pour les jeunes. A coté de ce bénéfice de l’emploi créé sous forme des taxis, la moto s’est imposée comme une réalité urbaine et nul ne peut échapper. Ils aident des nombreuses personnes à se déplacer, à atteindre des endroits jadis inaccessibles par les voitures. Certains quartiers périphériques sont devenus désenclavés depuis l’apparition des motos comme taxi. Avec un 500 fc (0,54 $), le taxi-moto vous accompagne vers l’endroit de destination peu importe la distance. Même ceux qui rentrent tard, trouvent toujours un moyen de transport (taxi-moto) pour rentrer paisiblement. Mais alors, à coté de ce bienfait de d’emploi créé, source des revenus et la facilité qu’on en tire, une conséquence qui passe inaperçue est sa contribution dans la dégradation des infrastructures routières. En effet, la plupart des routes dont fréquentent les taxi-motos sont des routes de sable, et lors des pluies diluviennes comme en période Novembre, les taxis-motos causent des dégâts irréparables. Les autorités du pays et de la capitale Kinshasa, n’y pensent à pas encore, pourtant, la réalité est que ces motos, risque de couper certains quartiers et de faire en sorte que ces milieux deviennent accessibles en saison pluvieuse comme c’était auparavant! C’est vrai que les taxi-motos aident les populations pour le déplacement, mais, les autorités locales doivent anticiper les conséquences sur l’environnement. Des nombreuses routes sont abimées à coté des motos.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Aimé Kazika a partagé la publication de Debriefing Média Channel.