La pénurie d’eau à Kinshasa et ses périphériques: une réalité intenable, impensable et inimaginable !



 

La RDC, notre cher beau pays aux conditions géo climatiques favorables, à une hydrographie abondante et variée, prouve d’énormes difficultés pour desservir sa population en eau potable. Malgré cette richesse abondante en eau douce et rivières qui parsèment le pays, la population de la RDC en général et de Kinshasa en particulier souffre d’un manque criant d’accès à l’eau potable. 



En effet, la ville de Kinshasa avec près de 10-12 millions d’habitants éprouve d’énormes difficultés pour l’accès à l’eau potable. Cette situation est de loin maitrisée et satisfaisante. La queue et la longue file d’attente qui se crée dans certains quartiers, vous penserez que vous êtes dans une situation de guerre, pourtant, la ville de Kinshasa est traversée du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest par des rivières capables d’alimenter l’ensemble de la ville. Mais, comment se fait-il qu’une capitale comme Kinshasa abondée des rivières souffre de pénurie d’eau ou qu’une partie de sa population n’ait pas accès à l’eau ? 
La Regideso, la compagnie nationale en charge de la desserte en eau, sensée résoudre ce problème de pénurie d’eau, traverse elle aussi sa zone de turbulence ; ce qui fait qu’elle soit dans l’incapacité technique et financière pour desservir la population Kinoise dans son ensemble. 

En effet, point n’est besoin de chiffres pour constater qu’il y a un réel problème dans la ville de Kinshasa en termes de desserte en eau. Ce problème récurrent sinon chronique selon les quartiers, est devenu un casse-tête pour la population, qui se voit privée d’un bien naturel et un droit fondamental élémentaire.

Sur le site de www.radiookapi.net, nous lisons « Un rapport publié en 2008 par l’organisation «Eglises Evangéliques en Allemagne pour le Développement » intitulé «Énergie et eau en République démocratique du Congo» indiquait que 27,2% des Congolais avaient accès à l’eau potable malgré l’immensité des réserves hydriques du pays ». 
 
La Coopération technique belge (CTB) indiquait, deux ans plus tard (en 2010), qu’un seul un habitant de la RDC sur cinq avait accès à l’eau potable. Déjà, avec cette petite statistique, nous pouvons imaginer la souffrance  et quelle est la réalité. Cette triste réalité  dépasse de loin les chiffres. C’est vraiment une réalité intenable, impensable et inimaginable car, la REGIDESO peut résoudre le problème. Malheureusement, la priorité des autorités congolaises est ailleurs. Le vrai social des congolais et des kinois est loin d’être résolu.

 Malgré la transformation de la Regideso en société commerciale s.a.r.l, la société congolaise reste toujours un canard boiteux. La pénurie d’eau est devenue le lot quotidien des nombreux habitants de la ville de Kinshasa et de l’ensemble du pays. Il existe des endroits où un enfant jusqu’en 6 è année primaire, n’a jamais vu un robinet ni bu de l’eau qui sort d’un robinet. Avec cette situation, la RDC est loin de la réalisation de la cible 7c des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) sur l’accès à l’eau potable.



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Aimé Kazika a partagé la publication de Debriefing Média Channel.