La journée internationale de la jeunesse, le 12 août 2015 : Une journée de réflexion pour les jeunes de la République Démocratique du Congo.




L’humanité célèbre chaque année en date du 12 août, la journée internationale de la jeunesse instituée par les Nations Unies depuis 1999. Mais beaucoup d’entre les jeunes ne connaissent pas cette journée et ne mettent  nullement à profit cette journée unique et importante. 

Combien d’entre les jeunes, sont-ils préoccupés par l’avenir?  Interrogation reste pour moi, essentielle, en cette journée du 12 août, consacrée à la jeunesse.

Si j’observe de près la jeunesse de mon pays, la République Démocratique du Congo, je suis un peu perplexe et déçu quant à l’avenir. Si l’avenir de la jeunesse congolaise dépend en grande partie de l’avenir du pays, les jeunes se demandent et se posent des multiples questions qui les concernent. A ces questions sans réponse quant à  l’avenir incertain du pays, les jeunes sont livrés à leur propre décryptage de l’avenir.

Face à cette situation qui n’augure pas un bon avenir quant à l’amélioration des conditions de vie, à court, moyen et long terme, les jeunes se retrouvent au bout de leur souffle.
Poser la question à un jeune, ce qu’il peut devenir dans 5 ans, 10 ans ou 20 ans, la réponse unanime serait, «  seul Dieu sait » ! Dans mon pays, les jeunes vivent et marchent à l’aveuglette. Si aujourd’hui, nombreux sont obsédés dans l’aventurisme de voyager à l’étranger, sans y mesurer les dangers que court ce genre de voyages,  c’est parce que l’avenir de ce pays, semble être hypothéqué pour une certaine catégorie de la jeunesse.
Dans ce vide créé par ceux qui dirigent ce pays, et qui essayent par sortes de bâtons magiques de sortir ce pays du chaos politique, social et économique, la réalité est qu’un climat de méfiance hante plus d’un et  installé dans la vie des jeunes congolais.
Devant cette situation qu’on peut dire morose que certaines institutions et partenaires qualifieraient de « crise », la jeunesse de mon pays, est essoufflée et n’arrive plus à utiliser sa raison.
Mais, une chose reste vraie et ancrée dans le plus profond de chaque jeune congolais et qui retentit dans le cœur de chaque citoyen, notre pays trouvera sa place dans le concert des Nations, une fois qu’il a des dirigeants qui aiment ce pays.

Nos pères fondateurs de l’hymne national, n’ont-ils pas eu raison en récitant ce morceau «  nous bâtirons un pays plus beau qu’avant dans la paix… » Oui, c’est dans la paix qu’on peut bâtir un pays plus beau qu’avant.

Voilà, pour moi, ce chaque jeune doit promouvoir, la culture de la paix, qui est même l’essence du développement. 

En cette journée internationale de la jeunesse, que les jeunes de la Rép. Dém. Du Congo, sachent qu’avant tout, c’est la paix. Nul ne peut venir par d’aucunes manières, les inciter à une culture de la haine et de la vengeance. Le Congo a besoin des hommes épris de paix et de conscience pour bâtir ce pays, qui est l’avenir de tous.

N’est-il pas dit que la jeunesse est l’avenir d’un pays ? La RDC doit offrir à sa jeunesse un héritage enfoui dans son sol et lequel, ne peut être extirpé que par la seule volonté de l’amour et de la paix. Cet héritage n’est rien d’autre que sa jeunesse formée et enracinée dans une culture la paix.

Cette journée internationale, doit nous interpeller pour faire de la RDC un pays vivable et plein d’espoir.



Comme l’a si bien dit, Irina Bokova,  Directrice générale de l'UNESCO, pour la Journée internationale de la jeunesse, 12 août 2015 http://wa1.www.unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/ERI/icons/quotes-L.png  "Les jeunes doivent être considérés comme des moteurs de changement, et pas seulement comme des bénéficiaires ou des cibles"  http://wa2.www.unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/ERI/icons/quotes-R.png   



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Aimé Kazika a partagé la publication de Debriefing Média Channel.