L’histoire du petit Bobo !




crédit photo: rti.ci
Il y a quinze années passées, vivait à Kinshasa, un jeune enfant de quatre ans au nom de Bobo. Le jeune enfant a souffert d’une  maladie dès sa première naissance qui ne lui permettait pas de pouvoir développer ses capacités intellectuelles, psychomotrices et cognitives.

Ainsi, voyant l’incapacité de leur fils à évoluer, ses parents décidèrent de l’inscrire dans une école maternelle pour pouvoir changer l’environnement immédiat et lui donner la chance de réussite dans la vie.

Le jour où notre jeune petit Bobo devrait commencer l’école, sa directrice et son institutrice composèrent une chanson à l’honneur du petit Bobo, dont tous ses amis enfants devraient chanter quand Bobo entre en classe, étant donné qu’il arrivait toujours en retard et puis le dernier. Notre jeune petit Bobo avait du mal à marcher correctement et ses pieds n’étaient pas si solides.

Chaque jour, avec l’aide de la directrice et de l’institutrice, on chantait pour le Bobo, cette mélodie «  Bobo, l’enfant intelligent ». A chaque fois qu’on chantait cette belle mélodie qui résonnait dans ses oreilles, le petit Bobo se sentait soulager et encourager pour améliorer son apprentissage. Ainsi, le petit Bobo finit par s’intégrer dans son nouvel environnement et eut confiance en lui-même.

Le travail d’accompagnement continua avec l’institutrice dans la classe. L’institutrice ne pouvait pas passer une nouvelle leçon si Bobo n’avait pas lu ni terminé ses devoirs. La patience et l’amour payera ses fruits. Un jour, les parents de Bobo dirent à l’institutrice et à la directrice, « merci beaucoup », car, nous voyons des changements significatifs dans la vie de notre jeune Bobo. Il parvint maintenant à lire, à écrire, à dessiner et à chanter.

Le jeune Bobo passa des classes avec succès. Au moment où j’écris ces billets, le jeune Bobo est à l’Université et continue ses études sans difficultés. Le petit Bobo qui était né frêle et fragile, a pu développer la résilience avec le temps. Il a su surmonter toutes les barrières physiques, intellectuelles et environnementales jusqu’à ce faire accepter dans la société et à démontrer ses capacités.

Ce récit  me rappelle encore une fois, l’histoire de « l’Héritage du Bohémien », qui n’a pas pu bénéficier du lait maternel et avait des difficultés dès son jeune âge. Fragile et sans force, le jeune enfant a été élevé par sa  grand-mère.  Seul le temps, les conditions climatiques et le voyage lui permirent de développer les capacités d’adaptation et de s’enrichir après plusieurs années des âpres épreuves. 

Accordons la chance à chaque enfant quelque soit son état physique et apportons de l’amour et du soutien pour leur assurer un avenir meilleur et digne.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Aimé Kazika a partagé la publication de Debriefing Média Channel.